Création d’un village d’enfants SOS constitué de 8 maisons familiales à Beauvais-sur-Matha en Charente Maritime (17)

  • 36 enfants en détresse accueillis
  • 8 maisons familiales
  • 1 maison commune
  • 19 emplois crées

Face à une saturation de ses dispositifs d’accueil et à l’impossibilité, dans la majorité des situations, de pouvoir répondre à l’accueil des fratries, le Département de Charente-Maritime (17) a sollicité l’expertise et le savoir-faire de SOS Villages d’Enfants pour l’ouverture d’un nouveau dispositif d’accueil (le village d’enfants SOS de Saintonge), véritable alternative aux structures classiques (foyers et familles d’accueil).

Le département de Charente-Maritime a souhaité augmenter la capacité d’accueil du futur village d’enfants SOS de Saintonge. Aussi ce ne sera pas plus 1 village (le village d’enfants SOS de Saintonge) mais 2 villages : le village d’enfants SOS de Beauvais-sur-Matha et celui de Gémozac.

Beauvais-sur-Matha étant prioritaire, tous les fonds récoltés contribuent à ce projet.

Le Projet

Les bâtiments respecteront les normes « Bâtiments Basse Consommation » (BBC) et « Haute Qualité Environnementale » (HQE).

Les 8 maisons familiales seront d’une superficie de 180 m², constituées de pièces de vie (cuisine, salle de repas, salon), de 3 salles de bain ou salles d’eau, de WC, de 4 chambres pour les enfants et 2 chambres pour les accueillantes (l’éducatrice familiale et l’aide familiale), d’une laverie et d’un garage.

La maison commune sera d’une superficie de 520 m², constituées de salles d’activités collectives, la Maison des Familles (lieu dédié aux rencontres parents/enfants), les bureaux, les salles de réunion, le local de l’agent d’entretien.

Objectifs

  • Permettre à des frères et sœurs (placées, abandonnées ou orphelines) de se reconstruire, de grandir ensemble dans un cadre affectif et familiale avec une mère SOS
  • Offrir de bonnes conditions d’accueil: maisons chaleureuses, attrayantes, adaptées et intégrées à la commune pour éviter la stigmatisation
  • Accompagner les enfants vers l’autonomie en leur offrant les conditions d’une réussite scolaire et d’une insertion sociale et professionnelle
  • Favoriser l’ouverture du village vers l’extérieur

Le Budget

Investissement total : 4,531 M€

  • Total construction: 4,312 M€
    – maison commune = 1 144 000 €
    – maison familiale = 396 000 €
  • Total aménagement/équipement: 168 000 €
    – maison commune = 40 000 €
    – maison familiale = 16 000 €
  • Equipement informatique Village : 24 000
  • Equipement sécurité/incendie Village : 8 000
  • Aménagement des jardins : 19 000 €

Témoignages

« Les défis sont multiples. D’abord chaque pièce doit faciliter le travail quotidien de la mère SOS qui s’occupe parfois de 6 enfants. La cuisine ou la buanderie se doivent d’être particulièrement fonctionnelles, dotées de grands placards. La maison doit permettre une circulation fluide. L’éducatrice doit pouvoir vaquer à ses diverses autres tâches sans avoir à monter un étage pour jeter un œil sur l’enfant dans le bain par exemple.
Il est aussi important portée que les enfants puissent s’approprier les lieux, notamment par une architecture légèrement singulière, des couleurs de volets différentes, etc.
Nous allons aussi créer un jardin de jeux ouvert à tous afin de faciliter les relations avec les autres enfants de la commune. »
Barbara CONSTANTIN
Architecte du futur village d’enfants SOS

« Pouvoir dire à ses copines de classe « je rentre chez moi », les inviter à dormir à la maison, choisir la décoration de sa chambre, cela paraît anecdotique mais c’est énorme. Témoigne Karine.
Mélanie, elle, se souvient avoir choisi les cadres accrochés dans sa chambre, la couleur de ses housses de ses couettes, de ses draps… comme dans une vraie vie de famille. »
KARINE & MELANIE
Anciennes enfants accueillies en village d’enfants SOS

« Soyons clairs, tout ce qui distingue l’action de SOS Village d’Enfants de l’hébergement en foyer ou en famille d’accueil n’est possible que grâce à la générosité des partenaires entreprises et des particuliers. Si les enfants disposent d’un lieu de vie pour se poser, se refaire confiance, se reconstruire, se réhumaniser, c’est parce qu’il y a cette générosité”. »
Hélène ROMANO
Docteur en psychopathologie psychologue et psychothérapeute

elit. amet, Praesent dapibus accumsan ut diam odio et, sed ut
Share This